Matins libres

Et voilà ! À force de lire des livres et des articles sur l’auto-édition…
J’ai plongé !

J’ai publié une nouvelle historique sur Kindle : Matins libres.
Elle se déroule dans la Rome antique. Un ancien gladiateur et un esclave sont chargés par un puissant sénateur de retrouver son fils disparu.

Matins libres

Comment ça s’est passé ?
Pas de façon orthodoxe j’avoue. Je n’ai utilisé aucun des outils d’auteurs qui sont préconisés. J’ai suivi scrupuleusement le guide fourni par Amazon.

D’abord, un clic sur le « Créateur de couverture ». J’ai choisi une photo prise lors d’un week end à Rome (avec mon mari, pas Étienne Daho). Puis un modèle de couverture. Tapé un titre, mon nom. Et hop ! Le Colysée est apparu sur fond de ciel bleu.
Pour le texte, idem. Cliqué glissé. Un texte word tout simplement.

Aussi facile que ça ?
Pas tout à fait. Toutes mes erreurs m’ont sauté aux yeux quand j’ai tenté l’expérience du lecteur.

  • Étape numéro 1 : trouver l’ouvrage.

J’ai tapé le titre sur la page Kindle et la couverture est apparue aussitôt… suivie aussitôt d’une autre. « Matin libre » (au singulier heureusement !) existait déjà. J’ai remercié le pluriel de m’avoir sauvée d’un plagiat involontaire et je me suis promis à l’avenir de toujours vérifier mon titre avant de sortir de la sphère privée.

  • Étape numéro 2 : télécharger l’extrait du texte.

La page de titre est apparue, puis celle du copyright. Ah ! Enfin les premières lignes… Deux minuscules paragraphes seulement ! Aïe aïe aïe…
L’extrait téléchargeable représente le début  du texte : 10% précisément.
Si l’espace est déjà occupé, tant pis pour l’histoire.
Moralité : Placer à la fin tout ce qui n’est pas le texte proprement dit :  copyright, table des matières…

Au final, je me suis tirée de cette aventure avec deux petites erreurs vite cicatrisées.

Merci à ceux qui m’ont poussée à franchir ce cap.
Un saut dans le vide.
La montée est flippante, la descente à hurler mais une fois revenue à terre,
une seule envie : recommencer !

Info du 7 août 2014 :
Cette nouvelle n’est plus disponible sur Kindle.
Elle sera intégrée dans une autre version dans le recueil :
« Le syndrome de Pinocchio ».