A chacun son Inukshuk

Quand j’ai séjourné au Québec, je suis tombée en amour pour  les Inukshuk, ces empilements de rochers à forme humaine, se tenant droit sur les hauteurs, les bras tendus.Inukshuk, Québec, Elisa Tixen, écriture

A l’origine, ces épouvantails de pierre ont été construits par les chasseurs au sommet des collines pour attirer les caribous dans une embuscade. Ils faisaient aussi office de guides. Suivez le bras le plus long, il vous montre la direction du village le plus proche. Une corne de cervidé posée sur la plus haute pierre ? De la nourriture vous attend, enfouie sous la statue. Ils marquent aussi les limites d’un territoire ou l’enrochement de personnes décédées… Bref ! Un grand bonhomme multi-fonctions !

Au-delà d’un assemblage intelligent de pierres, l’Inukshuk incarne l’âme du Grand Nord Canadien.

Ces édifices symbolisent le respect que les autochtones manifestent à leur environnement. Très loin de l’idée occidentale d’apposer l’empreinte humaine à un univers qui, sans son intervention, resterait obscur…
Les Inukshuk sont composés uniquement de matériaux naturels et non scellés. Ils se fondent ainsi dans le paysage sans le dénaturer et peuvent être modifiés ou reconstruits facilement, même après avoir été renversés par un troupeau affolé.

Dans cet univers immense et dénudé, l’Inukshuk transmet confiance et amitié. Fidèle au poste, cette silhouette humaine communique sa présence avec ce qui passe devant elle : l’homme, l’animal, la poudrerie, l’aurore boréale, le chaman… Un randonneur non autochtone qui intègre le système inukshuk à son périple dans le Grand Nord Canadien combat son isolement et s’imprègne de l’âme du pays.

J’ai ramené dans mes bagages une représentation de l’Inukshuk. La statuette trône maintenant au-dessus du bureau où j’écris. Elle s’appelle Shuky en opposition avec la poupée maléfique, et m’accompagne dans mes voyages en écriture. Dans les périodes les plus sombres ou les pages les plus blanches, elle me rappelle qu’il y a toujours quelque part un bras tendu.

Et vous, quel est votre Inukshuk ?

inuksuk, Elisa Tixen, Québec, Autochtones

Inukshuk Martine Lappierre Pic Saint-Michel Vercors

Pour voir plus de photos d’Inukshuk, cliquer ici !

Publicités

5 réflexions sur “A chacun son Inukshuk

  1. Ravie de voir cette fascination partagée. Je pars la semaine prochaine en Bretagne, justement du côté de Brocéliande. Devinez quels monuments sont inscrits au programme…

  2. J’ai vu de plus petites statuettes dans la forêt de Brocéliande. Leur coté magique est fabuleux ! La légende que tu nous offres est exceptionnel…Tu nous questionnes sur nos objets d’écriture…..comme mon bureau est mobile partout dans la maison, rien de spécial, mis à part mes stylos de toutes les couleurs.

  3. Alors là, c’est une grande découverte pour moi, merci Elisa ! D’autant plus que je suis fascinée par ces géants de pierre, que l’on retrouve en Bretagne et outre-Manche…voilà un dimanche qui commence par une note émerveillée !

  4. C’est extraordinaire ! Il y a quelque chose de mystique dans ces géants de pierre. On dirait les gardiens de l’âme des rochers. Merci pour ce partage Elisa !

Pour vous exprimer, c'est par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s