Freddie, Franckie, Charlie et les autres

Quand j’ai ouvert ce blog, je voulais partager ma vision du monde avec d’autres passionnés d’écriture et de lecture. Exprimer des idées oui, c’est pour ça que j’écris. En aucun cas, je n’aurais imaginé en faire une tribune politique.

Mais ça c’était avant. Avant l’attentat contre Charlie Hebdo. Parce que cette semaine en France des gens sont morts d’écrire, je ne pouvais pas ne pas réagir.

Je pleure ceux qui ont perdu la vie, tous. Passants, policiers, dessinateurs… Je pleure avec ceux qui les ont connus et aimés et à qui ils vont cruellement manquer.

Je pleure et je ne trouve plus les mots. Réduite au silence, j’écoute.

Avec fierté les citoyens de mon pays applaudir des deux mains dans la dignité pour marquer leur soutien et leur compassion.

Avec crainte les discours nationalistes et les tentatives de récupération politique.

Avec amour les musulmans de France dire NON, ces actes ne sont pas de notre religion et citer le Coran :  » Celui qui tue un homme, c’est comme s’il tuait toute l’humanité. De même celui qui le sauve, c’est comme s’il sauvait tout le genre humain  » (Sourate 5, 32).

Avec de sérieux grincements de dents quand j’entends ou je lis qu’on ne s’attaque pas impunément à des terroristes et qu’ils l’ont bien cherché.

Les mots soudain reviennent. Envie de crier pour dire à tous ceux qui partagent cette opinion que les caricatures de Charlie Hebdo jouaient le rôle de fou de la république. Depuis le temps des rois, c’est une fonction salutaire capable de faire entendre aux puissants la voix du peuple et celle de la raison.

La liberté de penser et de s’exprimer passe aussi par la voix de la caricature. Il y a certaines situations qui sont trop pesantes et qui ont besoin de la dérision pour pouvoir être dites.

Les fous de dieu ne peuvent tuer ni les fous du roi ni les croyances individuelles. Plus que jamais dans cette époque difficile, nous avons besoin de vivre dans le rire et la spiritualité.

Parce qu’un penseur qu’on fait taire, c’est la démocratie qu’on bâillonne.

Je suis Freddy, Franckie et Charlie… Et dimanche je marcherai main dans la main avec tous ceux qui manifesteront leur envie de vivre en liberté et en fraternité.

Charlie4

Publicités

7 réflexions sur “Freddie, Franckie, Charlie et les autres

  1. Superbe texte, c’est notre liberté d’expression , le choix revendiqué de pouvoir exprimer nos idées et nos opinions qu’ils veulent remettre en cause et il est normal de le défendre. Merci pour ton superbe texte

Pour vous exprimer, c'est par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s