J’écris donc je lis

Je lis beaucoup, les livres ne font pas seulement partie de ma vie, ils font partie de moi.

Pour mes lectures « détente », je choisis selon des critères bien établis : l’auteur, le genre et la 4ème de couverture. Feuilleter quelques pages au hasard et hop à la caisse ! En vacances ou dans les transports, des livres faciles à lire et à reprendre.

Ecrire_livre_main

Il y a d’autres lectures dont j’attends plus : une immersion dans un univers ou un thème, à laquelle se mêlent émotion, découverte, bouleversement de croyances… Une évasion dont on revient transformé.

J’attends plus donc j’ai besoin de plus. Avant d’acheter ces « pépites » qui débordent mes horizons habituels, quelques pages feuilletées au hasard ne suffisent pas… Il me faut aussi savoir qui parle.

De plus en plus, me voilà partie à la découverte de l’auteur autant que du récit. Bien sûr, internet est le premier pourvoyeur d’informations mais il y a aussi le plaisir des rencontres en live, pour de vrai ! Les entretiens suivis de dédicaces organisés par les libraires, les soirées thématiques des médiathèques, les tables rondes lors de manifestations comme l’Escale du livre de Bordeaux ou Lire en poche de Gradignan, deux événements que je ne manque jamais.

Je suis rarement déçue par ces rencontres et par les ouvrages que j’y achète. Quand j’ai aimé le livre, j’apprécie souvent son auteur. Et quand j’aime ce que donne à voir un auteur que je ne connais pas, j’aime son livre.

Publicités

23 réflexions sur “J’écris donc je lis

  1. « J’écris donc je lis »: c’est totalement vrai, et je ne m’en étais pas rendu compte avant à peine quelques mois. Il faut forcément aimer lire pour pouvoir écrire. En fait c’est le pouvoir des mots qu’on aime.
    Par contre moi je ne ressens pas forcément le besoin de connaître l’auteur pour vouloir lire un livre ou l’aimer. Si je devais rencontrer ou faire des recherches sur tous les auteurs que je lis, j’aurais moins le temps pour lire 😉

  2. Oui, j’ai commencé à colorier les Mandalas
    et j’aime bien ça,
    J’ai fait connaître ça à toutes mes amies…
    C’est très bien !

    Amitiés !

  3. Jolie formule ! 🙂 C’est drôle, j’ai justement terminé un livre ce week-end « 20 bonnes raisons d’arrêter de lire », très marrant, tu devrais découvrir !

  4. J’aime beaucoup la lecture, j’ai toujours 3 livres (en marche), j’aime souligner des passages, et je relis souvent une deuxième fois, un livre que j’ai particulièrement aimé.
    Bonne Lecture !

    • Cette formule est un détournement de « Je pense donc je suis ». Je crois profondément que je n’aurai jamais écrit si je n’avais pas lu d’abord. Le « therefore » m’a semblé logique. Merci de ta visite et excellent we à toi 🙂

  5. j’aime rencontrer les auteurs et suis toujours curieuse de la dédicace qu’ils m’écrivent quand j’ai parlé avec eux quelques minutes. Souvent un échange agréable.

  6. je comprends…avec certains auteurs français je me permets de leur envoyer mes remerciements via face…certains sont très généreux et répondent ! Quand un livre eme touche, je vais chercher des infos sur l’auteur pour mieux « comprendre »

    • Je ne parlais que de rencontres dans la vraie vie, sans penser à face… Merci pour l’idée. Il y a plusieurs auteurs récemment pour lesquels j’ai eu un coup de coeur, je vais tester 🙂

  7. Même s’il est vrai que cela ne fonctionne pas toujours, il n’en reste pas moins que c’est très intéressant de s’inscrire dans cette démarche d’aller à la rencontre d’un auteur pour échanger, partager et mieux connaître son univers. On a beaucoup à en apprendre.
    Cela fonctionne un peu comme les rencontres sur les sites amoureux. On se fait une idée du personnage et la confrontation entre notre imaginaire et la réalité peut laisser parfois un goût amer. Il n’est sans doute pas pas facile pour eux d’être dans la détente tant j’imagine le stress et la fatigue que cela peut générer. Mais au-delà de tout ça, il y a toujours de belles rencontres et rien que pour cela, ça vaut le détour.

    • Tu as raison de rappeler que ce sont eux qui s’exposent à la foule. C’est d’autant plus méritoire que nombre d’auteurs sont au départ plus des êtres de l’ombre que de lumière 🙂

  8. Je comprends cette approche ; je ne pense pas qu’elle fonctionne à tout coup : ex. j’aime beaucoup voir et entendre J. d’Ormesson ; or, le seul livre de lui que j’ai lu m’a beaucoup déçu.

    • Oups ! Voilà ma tendance naturelle au « toujours » et « jamais » dévoilée. Alors que la vie est souvent « parfois » 🙂 PS : J’adore aussi me laisser envoûtée par les mots et la voix de Jean d’Ormesson même lorsque je ne suis pas d’accord 🙂

  9. nous différons, l’auteur m’indiffère… d’où ma difficulté à parler de moi dans mon blog… Le seul auteur à qui j’ai parlé est Houellebecq pour Extension du domaine de la lutte… Lors d’une signature, il était vachement timide, fuyant, bref, inintéressant… Ce qu’il n’est probablement pas… 🙂

    • Oui, vive les différences ! Ce n’est pas tant la signature qui m’intéresse dans ces rencontres mais ce que l’auteur partage de ce qu’il a vécu lorsqu’il a écrit son livre. Leurs mots provoquent alors des résonnances qui ont parfois valeur de révélation. Merci de ton partage ici 🙂

Pour vous exprimer, c'est par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s