Je me souviens, Québec

Il y a quelques années j’ai gagné dans un concours un ticket pour des cours de criminologie à l’Université du Québec de Montréal. Je suis sociologue, bien placée pour savoir qu’ils sont à la pointe des sciences sociales, là-bas. Je suis aussi romancière et fan de polars. Forcément, à la perspective d’un cours avec le Professeur Maurice Cusson, je me sens pousser des ailes !

Mais les manifestations étudiantes contre la hausse des inscriptions m’empêcheront d’assister aux cours. Je suis déçue, mon mari Denis (pas René) est ravi. Il préfère de loin jouer les touristes plutôt que s’enfermer dans une salle de classe.

Arrivée à Montréal et premier coup de coeur. Pour nos cousins. La gentillesse des Québécois n’est pas qu’une légende. Dès que nous sortons notre plan pour nous repérer, il y a toujours quelqu’un pour venir nous proposer son aide, spontanément. Dans les magasins, les vendeurs vous accueillent avec un « Bonjour, ça va bien ? ». Partout, des sourires jusqu’aux yeux.

Nous quittons Montréal, direction Québec, puis le Saint-Laurent. Trajet enchanteur : des plaines immenses à perte de vue, parsemées d’habitations en bois colorés et d’arbres rougeoyants.

Arrivés au fleuve, la température a chuté de moitié, nous enfilons nos polaires et nous embarquons sur le baleinier. Pendant la traversée, des têtes de phoque émergent droites, à la manière de périscopes indiquant le chemin. Quand les baleines apparaissent, j’oublie aussitôt mon rendez-vous raté avec les psychopathes.

C’est le coup de foudre ! Je suis tombée en amour.

SAM_1463

Extraits de mon carnet de voyage

Je me souviens…

De cet hôtel luxueux en bordure du quartier latin, où junkies maléfiques et transsexuels faméliques croisent leurs corps décharnés pour quelques dollars.

Je me souviens…

De la basilique Notre-Dame et de cette lumière bleue baignant les travées, comme si un morceau de ciel était resté à l’intérieur. Il paraît qu’on ne peut pas prier Marie car elle ne fait pas partie des saints. Il paraît qu’on peut juste lui demander d’intercéder pour nous. Alors pourquoi tant de cathédrales, églises et autres maisons du Seigneur sont-elles appelées « Notre-Dame » ?

Dans cette église toute bleue, je me suis sentie libre de m’adresser à qui je voulais. Je sentais mes prières s’envoler, je sentais l’amour m’envelopper.

Je me souviens…

Du Mont-Royal, des castors et des écureuils. Les roux, les gris… dans l’herbe, sur les tables, à l’affût de la moindre miette à chaparder. Une gamine avec une queue de cheval passe en courant, bondissante et rapide comme cet écureuil qui regagne son arbre avec son butin.

Je me souviens…

De l’oratoire et de l’histoire de Frère André. Un petit homme malingre et souffreteux devenu un saint parce qu’il savait écouter les souffrances des autres. Sa foi n’a pas soulevé des montagnes, il en a pris une pour y poser son lieu de prières. Aujourd’hui, reste un mausolée implorant le ciel et un cœur mort dans un bocal de formol.

Je me souviens…

De ce voyage au-delà des remparts de Québec, vers les courbes sinueuses du Saint-Laurent. Les blancs belugas filent dans l’eau en lignes gracieuses, ballet fantôme, hymne de vie. Rarement, je me suis sentie aussi intensément au monde, respirant son souffle, écoutant ses battements, goûtant ses secrets que nul mot ne peut prononcer.

Je me souviens…

Je me souviens de toi Québec. Et je reviens.