Fleurs passées

Petit texte à l’attention de toutes les mamans, même si les enfants ont quitté le nid pour s’envoler dans le vaste monde. Oui, je sais, c’est un cliché, mais c’est aussi une réalité. Mes enfants sont partis il y a presque dix ans, ce sont aujourd’hui des adultes qui ont construit leur vie. Ce sont surtout de belles personnes.

Alors peut-être que ce texte, finalement, c’est à leur attention…

Fleurs passées

– Vous verrez Madame, en quelques jours, vous aurez retrouvé une peau toute douce et plus ferme.

J’ai remercié la démonstratrice anguleuse et souriante. Sa recette semblait si simple. Fabriquer moi-même ma crème rajeunissante ? Après la batterie de lotions toutes plus coûteuses et décevantes les unes que les autres que j’achetais en parfumerie depuis des années, pourquoi pas ?

Le lendemain après la douche, j’ai prélevé dans le pot une noix de cette crème blanche, miraculeuse et bon marché. Sous mes doigts, la texture était épaisse, sans être grasse. Plutôt agréable. Il fallait ensuite y incorporer l’essence de geranium rosa.

Je pestais en tentant de déboucher le flacon récalcitrant avec les doigts enduits d’une substance qui glisse sur les surfaces… Pourquoi je n’anticipe jamais ?

La première goutte de l’essence s’écrase sur le dôme de crème. Deux autres se précipitent à sa suite. Une odeur de fleurs se répand dans la salle de bains et dans mes veines. Elle me touche, elle me pénètre. Je la sens dans mon ventre, au creux de mes tripes, juste derrière le nombril. Elle vibre, elle bat, elle pulse. Ivresse florale.

Avec bonheur, j’ai mélangé la masse laiteuse et appliqué sur ma peau ce baume nourricier. Depuis les mollets jusqu’au haut des cuisses, alternant mouvements arrondis et longues remontées. Puis le ventre et les hanches, massages appuyés, dans un désir que la crème pénètre à l’intérieur. Dernière touche sur les fesses. Mon corps tout entier respire en mode fleurs.

Totalement dopée par cette senteur d’été, j’ai pris le tram et le bain de foule, celui des heures de pointe ensommeillées. J’ai couru d’un dossier à un autre, mangé au self. Au menu : poisson sciure et haricots coloriés en vert. Avec un zeste de regret pour ne pas avoir apporté mon repas, j’ai mangé sans appétit ce plat inodore et sans saveur. Au retour, nouveau plongeon dans le tram et la sueur du soir.

Toute la journée, le parfum du geranium rosa m’a accompagnée. Filament filigrane indéfinissable.

De retour à la maison, j’ai retrouvé mon univers. J’ai déposé mes courses sur la table de la cuisine et allumé le téléviseur du salon pour écouter la radio. En chantonnant, je me suis lancé dans la pluche de carottes et la découpe de courgettes. À bas les menus-cartons de la cantine. Ce soir, wok de légumes à la sauce saté.

J’aime ma petite échoppe, je m’y sens bien. Après le départ des enfants, nous l’avons redécorée dans des tons plus modernes, ajoutant aux pans de pierre des murs fuchsia et gris, avec un soupçon de taupe.

J’ai levé les yeux sur cette belle pièce où nous nous retrouvons tous pour passer de bons moments. Si belle, si propre… C’est là que l’odeur du geranium rosa a enflé, ramenant dans son sillage le souvenir de la crème pour bébé.

Le temps a explosé. Sous mes yeux à nouveau, le capharnaüm des jouets mis en scène sur le tapis. Dans mes oreilles les éclats de rire, les gros sanglots et dans l’air flottaient à nouveau les arômes pâtissiers et les effluves de mercurochrome…

– Tu as fait tes devoirs ?

– Moi aussi je t’aime mon poussin.

– Nemo ! Sors de là, va aboyer ailleurs. Les enfants, arrêtez de courir comme ça.

– Bravo ma puce, bien joué.

– Mange ton assiette… Mais non, pas la vaisselle, ton chou-fleur !

– Il était une fois, dans un pays merveilleux…

C’était hier. Si loin déjà…

Aujourd’hui les enfants sont partis et le chien est mort. Il n’y a plus un bruit et les contes de fées s’empoussièrent sur l’étagère.

Il n’y a plus que nous deux. Amoureux vieillissants à qui on a rendu les clés d’un temps qu’il faut réapprendre. Un chapitre clos, un autre à ouvrir. Laissez-moi juste une minute, un dernier sanglot. Je me mouche et j’arrive.

Publicités

36 réflexions sur “Fleurs passées

  1. Si bien dit:
    « C’était hier et si loin déjà »

    Comme le temps court trop vite
    avec les années qu’on accumule. Hélas !

    Bonne fin de semaine!

  2. Je ne suis pas maman mais ton texte m’as beaucoup touché. Quels jolis mots Elisa, aussi pénétrants que cette fameuse crème que ton texte évoque… 🙂

  3. Merci à toi Elisa pour ce très beau texte qui nous ressemble et qui nous rappelle tant notre vie de maman….on en arrive même à ressentir l odeur de ta crème florale….gros 💋. Annick

  4. Tout prend l’allure du souvenir… alors s’emparer toujours plus de la vie et saisir la mesure de cette formidable aventure.
    Un regard nostalgique avec un tendre sourire…
    Douce journée Elisa

  5. Saudade! Je vis la même chose et il en résulte une sorte de joyeuse tristesse, oxymore qui ne peut être traduit en français, mais c’est tout à fait l’idée que j’ai de la saudade. Merci Elisa.

    • Parfois les mots sont impuissants à traduire la complexité des sentiments… mais la réalité existe et saudade est une bien jolie sonorité ! Bon we chère Culturieuse et bonne fête des mamans dimanche 🙂 ❤

  6. Ton texte est très touchant et si joliment raconté. C’est vraiment tout cela ; comme tu l’as évoqué… il ne reste que les souvenirs qui refont surface sur tes enfants lorsqu’ils étaient petits.. C’est ça la vie… merci pour ce partage 😚

  7. Touchée ! Le temps passe trop vite, je n’y suis pas encore mais j’appréhende à l’idée que le nid se vide un jour ! C’est fulgurant… Oui je sais, « nos enfants ne sont pas nos enfants, ils sont les fils et les filles de l’appel à la Vie elle même… » Des bisous : )

    • Surtout ne pas prendre au premier degré ce texte un peu nostalgique, j’avoue. Il y a de bons côtés aussi à retrouver l’insouciance de ne pas être responsable… Il faut juste un peu de temps pour le savourer 😉

Pour vous exprimer, c'est par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s