L’enfer du décor

le

L’univers d’un livre est très important pour moi. J’aime l’atmosphère qu’il apporte à l’histoire. Pour moi, chaque livre est indissociable de son univers : les Pouilles italiennes dans Le soleil des Scorta de Laurent Gaudé, les bas-fonds parisiens dans Paname Underground de Zarca…

On est d’accord, l’univers c’est d’abord un décor, mais pas seulement. Les lieux de vie façonnent les hommes ou les personnages qui les peuplent, selon leur topologie plus ou moins hostile, le climat, le périmètre de l’espace personnel, la valeur de la vie humaine, les traditions, les croyances…

Ce que les hommes ont dû affronter pour apprivoiser leur bout de terre et survivre influent ensuite pour des générations sur les façons de considérer la vie et sur les codes sociaux. Prenons la série Game of Thrones. Chaque royaume représente des territoires aux ressources variées, dirigées par des maisons suzeraines aux approches différentes, même si tous visent la même chose, le Trône de Fer.

  • Le Nord (maison Stark de Winterfell) est le pays de l’hiver et ses habitants sont les guerriers du royaume chargés de la défense du Mur qui sépare le royaume des terres de l’Au-delà sur lesquelles vivent les Sauvageons et les Marcheurs Blancs, anti-humains.

  • Le Val d’Arryn (maison Arryn des Eyrié) est le pays des contrastes entre vallées fertiles et hauts sommets qui les protègent du climat hivernal. Leur position haute leur donne un sentiment d’immunité.
  • Les Terres de l’Ouest (maison Lannister de Castral Roc) sont parsemées de forteresses troglodytes bâties sur des mines d’or, ses ressources minières symbolisent la fortune avec laquelle les Lannister peuvent acheter leurs alliances.
  • Le Bief (maison Tyrell de Hautjardin) est composé de vastes plaines fertiles. Leurs habitants sont les travailleurs de la terre, terre nourricière capable de ravitailler les populations du royaume.
  • La Principauté de Dorne (maison Martell de Lancehélion), région aride et sèche où souffle le sirocco, est le domaine du désert. Ce territoire représente l’exotisme, l’ailleurs, loin. En termes d’identité, les habitants sont ancrés dans la culture arabe pour l’art de vivre et les savoirs.
  • Sur les Terres de l’Orage (maison Baratheon d’Accalmie) alternent falaises et forêts profondes balayées par des tempêtes violentes. Ce sont les terres des temps anciens où sont nés les géants qui représentent l’origine du monde.
  • Le Conflans (maison Tully de Vivesaigues) est indubitablement le domaine de l’eau avec ses nombreux fleuves qui se rejoignent pour former le Trident. Ses nombreuses côtes difficiles à défendre et les nombreuses îles qui le composent sont probablement la cause du manque de cohésion de ses habitants. Le Conflans symbolise l’alliance incertaine et versatile.
  • Les Îles de Fer (maison Greyjoy de Pyk) sont indépendantes du Conflans même si elles en sont proches. Composées de nombreux îlots, c’est un territoire pauvre dont les ressources reposent sur des mines de fer.
  • Enfin les Terres de la Couronne (Port-Réal et Peyredragon) sont la région administrative relevant directement du Trône de Fer. Leurs habitants incarnent plutôt les fonctionnaires en charge de la gestion de l’État, comme Varys ou le Grand Argentier.

C’est ainsi que chacun intervient dans l’intrigue au titre de sa fonction ou de sa caractérisation « géocontextuelle » : John Snow en défenseur de l’humanité, les Lannister en position d’élite fortunée, Lord Stannis des Terres de l’Orage qui se considère du fait de sa lignée seul héritier légitime, Greyjoy qui balance entre plusieurs loyautés…

Au final, les hommes (et les personnages) sont les produits de leur histoire, façonnés par ce qu’ils ont affronté à l’endroit où ils ont vécu.

Quand je plonge dans l’écriture d’un roman, j’ai besoin de m’ancrer dans les lieux où j’ai décidé de situer l’histoire. Je veux pouvoir en saisir l’atmosphère, parler avec les vrais gens, appréhender leur mode de pensée…

Pour Le Silence à l’ombre des pins, j’ai passé presque tous mes temps libres dans les Landes. Le deuxième roman que je suis en train de finir a été écrit alors que je travaillais à Paris, dans le cadre d’un détachement de deux ans. Seul problème, mon troisième roman se déroule au Québec. Il va falloir que je trouve un truc pour y séjourner sur un temps assez long…

Et vous, êtes-vous sensible à l’univers d’une histoire ? Est-ce important pour vous lorsque vous lisez un livre ou lorsque vous l’écrivez ?

6 commentaires Ajouter un commentaire

  1. sarahorchani dit :

    C’est agréable de sentir des villes devenir des personnages de fiction.

  2. lorenztradfin dit :

    Hah…et moi je me rappelle d’un livre (allemand) – de Christophe Meckel (poète-écrivain) – qui parle d’un personnage de roman qui frappe à la porte de l’auteur et se plaint qu’il avait oublié pleine de choses dans ses descriptions de paysage et de caractère…. drôle et profond….

  3. CultURIEUSE dit :

    Dans les romans de Philippe Djian, le ciel et la météo font office de décor. Ce qui permet au lecteur de situer l’action à son gré, mais aussi de poser une ambiance.

  4. francefougere dit :

    Georges Simenon ne rédigeait jamais un roman  » sur place « … Il écrivait sur les Etats-Unis … je ne sais plus où, et ainsi de suite.
    Mais pour ses Souvenirs, lorsqu’il a dit lui-même qu’il n’était plus romancier, il les a dictés depuis Lausanne, sa chambre rose…

  5. Et si c’était l’inverse : est-ce que notre environnement, notre monde extérieur ne serait pas le reflet de notre monde intérieur ? C’est en tout cas une théorie ancestrale Hawaïenne Ho’oponopono, en as tu entendu parlé ? Quoiqu’il en soit voilà un excellent prétexte au voyage (si tenté qu’il en fallût un) 😉

Pour vous exprimer, c'est par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s