Que la farce soit avec vous

Dans toute période de changement, il y a ceux qui s’en réjouissent, ceux qui s’en foutent, ça ou autre chose, pourquoi pas… Il y a aussi ceux qui sont contre et qui persistent à continuer comme avant, contre vents et marées. Et puis il y a ceux qui sont contre ceux qui sont contre et qui veulent à tout prix imposer le changement.

Vous voyez de quoi je vais parler ?

Du 1er avril, bien sûr !

Le 1er avril est la date qui célébrait la nouvelle année jusqu’en 1564, en lien direct avec le début du printemps et la fin des famines d’hiver. Cette année-là, le roi Charles IX décida que l’année commencerait désormais le 1er janvier.

Certains réfractaires n’avaient aucune envie d’aller contre la tradition à cause d’un calendrier imposé par un roi habitant on ne sait-zou, dans un lointain Paris, à mille lieux des préoccupations quotidiennes de ses sujets. Ils décidèrent donc de ne pas en tenir compte et de continuer comme avant.

Cette décision ne fut pas du goût de tout le monde, en particulier, de ceux qui souhaitaient suivre et la mode et la règle. Ceux-là entreprirent donc de se moquer des archaïques accrochés à leurs traditions et de leur tendre des pièges ce jour-là.

Ainsi, serait née la tradition des farces du 1er avril.

Une tradition que respecte généralement l’ensemble des médias. Souvenez-vous…

1er avril 1972 : France Inter annonce qu’à la suite de l’entrée du Royaume-Uni dans la CEE, la circulation routière se fera à gauche en France.

1er avril 1986 : Le Parisien révèle un accord entre la ville de Paris et les productions Disney pour démanteler la Tour Eiffel et la reconstruire à Marne-la-Vallée.

1er avril 1993 : Le journal de Londres « The Independant » annonce que des archéologues ont découvert en Bretagne les vestiges du village d’Astérix.

1er avril 1998, la chaîne « Burger King » lance son sandwich le plus célèbre avec une version pour gauchers.

1er avril 2004, la chaîne Arte diffuse un documentaire appelé « Opération Lune » démontrant que les premiers pas sur la lune n’étaient qu’une mise en scène pour faire oublier l’échec de la mission Apollo 11.

Qu’en sera-t-il des farces cette année, dans notre Confinistan ?

À l’heure où pullulent fake news, cafouillages médiatiques sur fond d’éléments de langage approximatifs, alertes aux complots, censures antispécistes en tous genres, quelles farces peut-on encore s’autoriser à inventer sans mettre en émoi les réseaux sociaux, les associations de défense machins, les ligues trucmuche… ?

De quoi peut-on encore rire ? Et qui est autorisé à le faire ?

Pourtant, on aurait bien besoin d’un grand éclat de rire pour balayer la morosité ambiante, n’est-ce pas ? Alors, si on en profitait, au moins aujourd’hui, au moins une journée, pour lâcher du lest, retrouver notre cœur d’enfant et sourire à la vie…

Allez, Que la farce soit avec vous !