Retour vers l’écriture

Quand nous partons en vacances, nous nous disons souvent que ce temps libéré va nous permettre de noircir de nombreuses pages blanches et on revient la plupart du temps à vide, avec une énorme envie de s’y remettre. La rentrée, pour un auteur, c’est aussi parfois le retour à la liberté. Les enfants reprennent le chemin de l’école, le conjoint celui de son entreprise. L’espace enfin retrouvé, votre roman n’attend que vous. Il suffit juste de s’y remettre après cette parenthèse merveilleuse en famille.

Oui mais voilà ! Difficile de reprendre le fil après des semaines loin de son histoire. Les contours de l’intrigue sont devenus flous, les personnages ressemblent à des étrangers… Les doutes reviennent en force et la panique menace. Au secours !

TOUT VA BIEN – C’EST NORMAL – TOUT VA BIEN – C’EST NORMAL – TOUT VA BIEN – C’EST NORMAL

Cette mise à distance, vous pouvez la vivre comme une tragédie ou choisir de la transformer en opportunité pour renforcer votre motivation et la puissance de votre récit. Comment ? Le principe est simple. Relisez votre manuscrit et découvrez vos superpouvoirs : ESPRIT – COEUR – MAIN.

ESPRIT – CŒUR – MAIN

  • ESPRIT : Avoir pris de la distance avec vos mots permet à votre cerveau de redécouvrir votre texte dans son ensemble. Les incohérences, les redondances, les manques vous sauteront aussitôt aux yeux.
  • CŒUR : Retrouver vos personnages, replonger avec délices dans votre univers, dans votre intrigue palpitante vous permet de vous reconnecter à vos intentions de départ et aux raisons pour lesquelles écrire cette histoire est important pour vous. Cela va booster votre motivation.
  • MAIN : C’est votre pouvoir de faire, l’organe qui donne vie aux idées produites par votre cerveau et aux émotions impulsées par votre cœur.

Concrètement, si vous voulez vous reconnecter avec votre manuscrit dans le plaisir, il vous suffit de le lire et à la fin de chaque scène, de noter sur un post-it, en une phrase, ce qui s’est passé. Par exemple : X a donné un rendez-vous à Y mais il n’est pas venu – A rencontre B grâce à C… Personnellement, j’utilise deux couleurs de post-it : l’une pour les scènes d’action, l’autre pour les scènes plus émotionnelles ou réflexives.

L’astuce que Nadia Bourgeois donne souvent aux participants de ses ateliers d’écriture : collez les post-it sur des feuilles A4 accrochées ensemble à l’aide d’un simple scotch. Ainsi, vous pourrez les replier et les emporter partout avec vous très facilement.

A la fin de votre lecture, ces post-it vous offriront une vision d’ensemble de votre récit. Vous saurez où vous en êtes et où vous allez. Au-delà, vous aurez renoué avec vos envies profondes et boosté votre motivation.

Il ne vous restera plus qu’à vous donner un objectif réaliste par rapport à vos contraintes du quotidien. Un objectif que vous aurez plaisir à voir se transformer, jour après jour, semaine après semaine, en nombre de mots qui grandit, qui grandit…

Une dernière astuce ? Quand vous reprendrez l’écriture après cette phrase de lecture, commencez par une scène qui vous fait plaisir, pas forcément celle qui vient en premier dans la suite de l’histoire.