Bêtisier & Anecdotes

 

Le bêtisier

Comme lors du tournage d’un film, l’écriture d’un roman plonge parfois son auteur dans des situations cocasses. Pour Sans traces apparentes, Charlie et Lucas se sont souvent montrés facétieux, fuguant à plusieurs reprises pour échapper au scénario. Se faire déborder par ses personnages alors qu’on se prend pour le maître du monde… Un souvenir jubilatoire !

Le plus capricieux de mes personnages a été le soleil. Oui, vous avez bien lu ! Il s’est comporté comme une vraie diva, refusant de se coucher ou de se lever quand je lui demandais. Par sa faute, j’ai frôlé une erreur majeure dans mes décors. De celle qui vaut aux auteurs une avalanche de courriers de lecteurs.

Le Soleil a rendez-vous avec la Lune

Pendant son séjour dans la Drôme, Lucas emmène Charlie voir le soleil se lever sur la montagne.

Je vis en ville depuis toujours. La montagne est un univers que je connais peu. J’ai donc voulu vivre cette expérience pour en capter toutes les sensations.

Me voilà partie à 4 heures du matin avec mon mari et nos sacs à dos. Destination : le cirque d’Archiane. Comme Charlie et Lucas, nous avons traversé le village endormi et monté le sentier dans une relative obscurité. Puis nous avons attendu et vu le jour descendre le long des flancs rocheux.

soleil

Le JOUR ! Pas le soleil…

De toute leur hauteur, les parois rocheuses nous empêchaient d’apercevoir le plus petit rayon. Au lieu de modifier la scène, j’ai décidé d’inclure cette anecdote dans la relation entre Charlie et Lucas.

1…2…3…  Soleil

J’avais écrit une scène entre Charlie et Lucas sur la plage, dans le jour naissant. Le soleil apparaissait sur l’eau, nimbant le ciel dans un camaïeu superbe et rosissant… Je vous assure, c’était une très belle description, romantique à souhait.

Rendue méfiante par mon expérience dans la Drôme, j’ai décidé d’aller vérifier de visu si les couleurs que j’avais visualisées étaient justes.

Me voilà de nouveau à pied d’œuvre. 5 heures du matin, les tongs plantées sur la plage à attendre que le soleil se lève sur l’océan. Le stylo à la main, prête à noter les couleurs et les vibrations.

Soudain, une lueur est apparue… Dans notre dos. Le soleil se levait… sur la dune, derrière nous !

Que faire ? Rien… À part mettre ces lignes dans la corbeille. Impossible cette fois de reprendre l’anecdote. Le Soleil se lève à l’Est depuis toujours…  C’est ainsi !

Plage3

Quelques Anecdotes

Les invités surprise

J’ai adoré nourrir mon projet de roman, en solitaire, mais j’aime aussi écrire en groupe pour dégourdir mes neurones et éviter la sclérose en pages. Pendant ces trois années, j’ai donc continué à fréquenter les ateliers d’écriture.

Complètement immergée dans l’histoire de Charlie, les consignes me donnaient parfois une impression de dispersion désagréable. Le seul moyen que j’ai trouvé pour ne pas devenir schizophrène était d’orienter ces instructions vers les personnages de Sans traces apparentes.

C’est ainsi que certains détails ou certaines scènes sont nées de façon inattendue lors d’ateliers. Comme l’aversion de Charlie pour le café par exemple.

Cafe1

 

 

 

Le café attend dans la tasse, fumant.
Le goût est chaud, fort, envahissant.
Il consume les chairs sur son passage,
Distille l’amertume dans son sillage.

 Ça reste longtemps en bouche, l’humeur.

La couleur n’est pas très attirante,
Noire sale et opaque tendance méchante.
Sur les bords, il mousse. L’écume marron
Trahit une ombre tapie dans le fond.

Ça infuse lentement en corps, la peur.

L’arôme se diffuse en volutes,
Intense, caressant, robuste.
Élan retenu, peur de la brûlure.
Soupçon d’inconnu, promesse d’aventure.

Ça palpite ardemment en sang, le cœur.

Parole de petit-fils

On me demande souvent si Sans traces apparentes est une histoire vraie. A chaque fois, je réponds NON.

Je sais très peu de choses de mon histoire familiale, quelques bribes glanées ici et là quand j’étais enfant et qu’on oubliait ma présence. Donc je réponds NON. Quoique… ! Quelle part de mon inconscient s’est immiscée dans cette histoire ?

Même s’il n’y a aucun lien entre mon histoire et celle de Charlie, je ne peux nier que l’écriture de ce roman a été un terrain délicieux pour explorer les relations entre les grands-parents et les petits-enfants. D’autant que pendant ces années d’écriture, je suis devenue la grand-mère d’un petit garçon adorable.

Un jour d’été, nous jouions dans le jardin avec ses animaux en plastique. Soudain, il me dit : « J’aime pas les secrets, mamie. Les secrets, c’est méchant ! ». Le jour même où je venais de boucler Sans traces apparentes. !

La synchronicité avec cette réflexion impromptue de la part d’un petit bonhomme de trois ans à peine m’a laissée sans voix. Touchée en plein cœur.

Je n’aurais pas pu trouver plus belle conclusion à cette histoire, ni meilleure raison de l’avoir écrite.

Une réflexion sur “Bêtisier & Anecdotes

Pour vous exprimer, c'est par ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s