Elisa TIXEN, l’auteure authentique

Margaux Gilquin, auteure bordelaise, m’a contactée il y a quelques temps et nous nous sommes rencontrées cette semaine. Un échange trop court tellement nous avions à nous dire et à partager. Je vous en reparle très bientôt 🙂

Balades & Portraits par Margaux Gilquin

couv6941350

Ma rencontre avec Elisa est une des plus belles que j’ai faites avec un auteur.

Nous avions rendez-vous dans un salon de thé que j’aime beaucoup,  rue Montbazon à Bordeaux. J’étais en avance et je suis arrivée la première sous la pluie et la grisaille. La journée était franchement maussade et j’avais besoin de réconfort.

Accueillie par deux hôtes merveilleux, je me suis installée et j’ai attendu avec fébrilité l’arrivée d’Elisa.

Je réfléchissais à son livre Sans traces apparentes, que je suis en train de lire et qui me touche beaucoup car, et c’est  Elisa Tixen elle-même qui  dit de son livre :

qu’il  traite des blessures qui nous sont transmises par la vie et notre passé familial, celles que nous portons en nous, parfois sans en être conscients. Par ailleurs, son      « ambition » d’auteure est que ses histoires interpellent les esprits, les émotions. Que le…

View original post 1 145 mots de plus

Publicités

Elisa Tixen

Un article qui me touche profondément, une belle rencontre et toutes ces questions qui nous accompagnent sans cesse sur notre chemin d’auteurs. Merci Sophie pour ce portrait très drôle que tu as dressé…

L'urgence est au bonheur, by Sophie Ausilio

WP_20171225_16_30_37_RichPhoto by Sophie Ausilio « Elisa et les origamis » décembre 207

Elisa Tixen

Printemps 2017, un mardi soir ordinaire.

Il flotte, je sors du boulot la tête encombrée de toutes les tâches qui me restent encore à faire.

Marcher jusqu’à l’atelier me fait du bien, je vais y retrouver Nadia et mes copains.

Je descends la rue Bouffard, tranquille. J’aime bien ce moment paisible où je reprends mes repères. Je traverse la place Pey-Berland, quelques touristes s’attardent, attablés dans les bars. J’arrive à l’atelier, pour une fois, pas trop en retard, nous recevons une invitée.

Elisa Tixen vient nous parler de son cheminement d’auteur.

Parler avec quelqu’un qui a édité et qui nous considère comme des futurs auteurs, nous qui ne sommes que des scribouilleurs, en voilà une drôle d’idée ! Encore un coup de Nadia, qui est toujours pleine d’initiatives pour nous faire avancer.

Nous découvrons Elisa. Sourire convivial, générosité du…

View original post 566 mots de plus

Appel à textes

La semaine dernière, j’ai été invitée à venir parler de Sans traces apparentes et des blessures transgénérationnelles avec les lecteurs de la bibliothèque Le Marque-Pages à Mont-de-Marsan dans les Landes.

Ce fut un bel échange avec des lecteurs passionnés et exigeants.

Des lecteurs qui donnent de leur temps pour porter la lecture auprès des personnes malades dans les hôpitaux. Des enfants mais aussi des adultes en souffrance physique qui n’ont pas forcément l’énergie de lire un livre long mais qui adorent les textes courts, particulièrement les polars pas trop trash et les histoires d’amour.

Ces bénévoles sont en recherche de textes courts.

Nadia Bourgeois et Laurence Marino ont déjà accepté d’offrir en lecture quelques uns de leurs textes.

Si, vous aussi, vous avez des textes qui dorment dans des tiroirs et qui pourraient être partagés,
contactez-moi en MP.

Merci d’avance 🙂

 

Changement de cap

2 mois déjà que je n’ai posté aucun billet, que je vous lis dès que je peux, mais peu…

Que s’est-il passé ? Un tourbillon, une tornade, un raz-de-marée, un tsunami… ?

Presque.

Une opportunité professionnelle, une tempête intérieure (partir à 2 heures de l’homme de ma vie, ma famille, mes amis), une décision à prendre… et me revoilà en route pour Paris.

Cette fois, c’est une mission de deux ans qui m’attend pendant lesquels je vais reprendre ma casquette d’ingénieure en formation pour adultes.

La vie n’est pas un long fleuve tranquille et celle des auteurs non plus ! À force de se prendre pour Dieu, grand manipulateur de ses personnages… C’est un juste retour des choses, non ?

Le temps de poser mes valises et je vous retrouve à la rentrée.

Très bonne vacances à tous 🙂

Charlie fait des petits

OU plus exactement « Charlie fait un petit ».

Non elle n’est pas enceinte mais ses aventures aux côtés de Lucas, Simone et les autres seront disponibles en format semi-poche à partir du 1er mai, jour du muguet et de ses clochettes porte-bonheur

Une belle histoire qui se poursuit, grâce à tous les lecteurs qui ont aimé Sans traces apparentes.

Je suis très touchée par l’accueil que vous avez réservé à ce premier roman et qui m’encourage tous les jours.

Un grand merci à tous.

A bientôt,
Élisa 🙂

La désobéissance des pouces

  • Trois ans de cogitations intenses, d’arrachages de cheveux…
  • 5 kilos en sodas sucrés, chocolats et autres boosters caloriques de neurones…
  • 27 crayons, 3 arbres, 2 ordinateurs…

Mais ça y est !

Mon recueil de nouvelles, La désobéissance des pouces, a pris son envol vers les maisons d’édition.

Bien sûr, il y a plus d’auteurs de nouvelles en France que de lecteurs et les éditeurs sont plutôt frileux  pour investir dans ce genre quand on n’a pas un nom connu. Donc je ne m’attends pas à ce qu’il soit reçu à bras ouverts dans les comités de lecture.

Mais je passe ma vie à inventer des histoires, à mettre toute mon énergie pour faire rêver les autres (vous chers lecteurs). Alors pourquoi ne pourrais-je pas y croire pour moi-même ?…

passeport

Rien que pour vos yeux, le pitch du recueil.

Deux mille ans que l’histoire a remisé ses antiquités, que les chaînes n’enserrent plus nos cous, qu’elles n’entravent plus nos chevilles et ne broient plus nos pouces.

Depuis la Révolution, nous naissons « libres et égaux en droits » mais nous arrivons toujours au monde suspendus à un cordon ombilical… Une fois délivrés, nous sommes nombreux à nous dire prêts à mourir pour défendre ces libertés promises. Un rêve qui a marqué les pages de notre histoire en lettres de sang.

Aujourd’hui, les marques ostentatoires d’asservissement ont disparu… mais peut-être sont-elles simplement devenues indolores au point que nous ne sentons plus leur poids ?

Ce recueil est né de nombreuses questions qui me tourmentent régulièrement. Non pas sur la liberté dans le monde, mais sur notre latitude en tant qu’individu à exercer notre droit à vivre notre vie. À travers le temps, comment se mesure ce droit ? Par l’évolution de notre espace de liberté ou par les sanctions encourues à en franchir les limites ?

En clair,
que risquent ceux qui osent s’affranchir de leurs carcans ?

C’est cette question j’ai choisi d’explorer en tant qu’auteure.

Au travers d’histoires courtes comme la vie, ce recueil raconte le destin ordinaire d’hommes et de femmes qui, chacun à leur manière, refusent de porter les chaînes qui leur étaient préparées et qui osent tout pour tracer leur route. Quel que soit le prix à payer…

monde_pouce

Quand Elisa rencontre Simone

Jolie rencontre avec Simone, une lectrice en campagne, auteure de chroniques dynamiques qui reflètent sa joie de vivre.

Elle dit qu’elle n’aime pas son prénom, qu’elle trouve vieillot.

C’est le prénom que j’ai choisi pour incarner la grand-mère de Charlie. Avant de me décider définitivement, je regarde toujours sur internet et ailleurs leur signification. « Simone » s’est imposé aussitôt. C’est un prénom plein de force, ancré à la vie. Porté par des femmes éminentes et admirables : Simone de Beauvoir, Simone Weil… pour ne citer qu’elles.

Alors à très bientôt Simone, dans la blogosphère.

Pour lire ses chroniques : Livrophage

Très belle semaine à tous,

 

La livrophage

elisaJ’ai rencontré hier au petit salon du livre de Villefranche sur Saône une blogueuse dont je suis les écrits, Elisa Tixen, qui présentait en compagnie de son éditrice ( éditions de la  Remanence, basées à Bordeaux), son premier roman « Sans traces apparentes ». Je l’ai acheté depuis un bon moment en numérique, il m’attend sur ma liseuse. Elisa est une femme charmante, nous avons discuté un bon moment. Je pense qu’on se reverra. Quant à son éditrice, elle m’a fait plaisir. Cette jeune femme m’a dit qu’elle avait une petite fille de 4 ans qu’elle a prénommée…Simone! Moi qui déteste mon prénom, de ceux dont je pense qu’on devrait les mettre aux oubliettes, et qui font croire à tout le monde qu’on a 60 balais même quand on en a 20…Elle m’a dit qu’effectivement tout le monde croyait que c’était une blague quand elle disait que sa fillette s’appelait Simone…Mais elle…

View original post 131 mots de plus

Rendez-vous à Villefranche

Mars carnaval. Le mois où l’on met un masque pour défiler dans les rues… Celui où l’hiver prend fin, où les femmes sont mises à l’honneur… Avant qu’avril ne découvre ses fils, Pâques cachera ses œufs dans les jardins.

Mars 2016, c’est aussi pour moi le coup d’envoi des rencontres avec les lecteurs.

Ça commence le 12 mars à Villefranche sur Saône avec mon éditrice, Mathilde et d’autres auteurs « maison ».

J’adore ces rencontres avec les lecteurs. Quelques mots, quelques sourires. Parfois, une main me tend mon livre, avec sa couverture bleutée ; on me demande une dédicace. Wouaouhhhhh !!!!!! Oui je sais, ce n’est pas très littéraire, mais c’est le mot qui traduit le mieux l’excitation de ce moment : Wouaouhhhhh !!!!!!

A chaque fois, je dois me retenir de bondir sur la personne pour la serrer contre moi et lui dire merci-merci-merci. Au lieu de ça, je prends mon stylo et je demande, en empêchant ma voix de trembler « C’est pour vous ? Quel est votre prénom ? »

Je n’en reviens toujours pas. Que des inconnus déboursent 20 euros parce qu’ils ont envie de lire mon histoire… Mes rêves les plus fous se sont réalisés. Ce sont les deuxièmes plus beaux jours de ma vie. Après mon mariage, la naissance de mes enfants… et quelques autres mais bon ! ça vient tout de suite après.

BREF ! Si vous passez près du coteau lyonnais le 12 mars prochain, venez partager un moment avec moi 🙂

Salon Villefranche

Traces d’émotions

Une magnifique journée dimanche pour le salon « Lire dans le vignoble » à Saint-Estèphe. Peintres, sculpteurs, photographes et auteurs étaient au rendez-vous. Ainsi que le public, nombreux. Première rencontre avec des lecteurs de chair et de sang, premières dédicaces…

Signature

Autre émotion dès le lendemain avec la chronique d’Odile dans sa « minute-livre » diffusée sur France Cultures Dijon. Entendre raconter à voix haute l’histoire qu’on avait couchée sur le papier lui donne une autre réalité.

FranceCulturesDijon

Pour écouter le podcast :
http://radio-cultures-dijon.com/wp-content/uploads/La%20minute%20Livre%20-%20Sans%20trace%20apparente.mp3

 

Mon corps, son corps, leurs corps, nos histoires.

Une belle histoire à partager, celle de ces femmes, de ces marques de beauté sur leur corps…

Laurence Marino Auteur etc….

C’est un méga immense coup de coeur…J’en ai déjà parlé un peu dans mes projets et dans un billet du blog mais je voulais vraiment mettre à l’honneur ce coup de coeur. Cet élan il est à la fois pour une artiste, une femme, des femmes, des peaux et des histoires. Des histoires d’encre, des cris, des rires, des mots et des larmes.

Je mesure ma chance de recevoir ces confidences dans mes oreilles. Pour tout vous dire, Nathalie Kaid est la photographe à l’origine du projet artistique. L’année dernière, je découvre un message sur Facebook proposant une séance photo de corps de femmes tatouées. je cogite, je lutte contre mon image et mes peurs. J’envoie une message, une photo de peau. Nous nous rencontrons fin aout 2014 chez Nathalie. Un thé, des paroles et des photos. Se dénuder un peu, se dévoiler beaucoup. Coup de coeur.

Quelques mois après…

View original post 161 mots de plus