Un meurtre sera commis le…

Un meurtre sera commis le…

Vous connaissez ce titre ? C’est celui d’un des romans d’Agatha Christie. Je les ai tous lus et je n’ai jamais réussi à découvrir l’assassin avant la fameuse explication finale, ces cinq dernières pages où tout s’éclaire.

Jamais je n’ai trouvé le petit détail qui aurait pu me faire sortir de la peau de Watson pour me connecter aux neurones de Poirot.

Agatha Christie 82 – Élisa 0.

Écrire du Polar

Quand j’ai commencé à inventer mes premières histoires, c’était avec l’ambition d’écrire un polar.

Alors j’ai commencé à écrire un thriller (mais oui c’est logique et admirez au passage cet art d’éviter de me confronter à l’objet direct de mes désirs…). J’ai vite abandonné cet univers sanglant. Incapable de plonger dans la peau de mes personnages qu’ils soient victimes ou bourreaux. Trop torturé pour moi.

Au final et même si mes histoires contiennent souvent une part de suspense, je ne me suis jamais confrontée à ce genre.

C’est alors que je découvre que ce week-end à Bordeaux, Nadia Bourgeois organise un stage POLAR.

48 heures chrono pour écrire une nouvelle mettant en scène un crime, un enquêteur, des suspects et des indices –les vrais, les faux ; tout ça pour orchestrer la révélation du coupable, le vrai pas le faux…

Impossible de laisser passer cette occasion de revenir à mes premières amours !

Alors ce week-end, prenez garde.

Il y aura tout un groupe de faiseurs de crimes, en liberté dans les rues de Bordeaux… et vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas !

Publicités

Plaisir d’écrire

Lorsque vous osez dire que vous écrivez, certains regards s’échappent, des têtes se baissent, des murmures enflent.

« – Moi, j’aurais bien envie aussi, mais je n’ose pas. Je ne saurais pas faire… »

J’ai une nouvelle. IMPORTANTE & URGENTE !

Écrire s’apprend !

Désolée pour le génie créatif, c’est comme le monsieur du Pôle Nord et le petit rongeur sous l’oreiller, il n’existe pas. Au placard, le mythe du « Je ne peux pas parce que je n’ai pas reçu le don ».

Tout s’apprend si l’envie est là. Même les éditeurs le disent. La qualité des manuscrits qu’ils reçoivent depuis quelques temps a considérablement augmenté. Un phénomène qu’ils attribuent aux ateliers d’écriture qui fleurissent un peu partout. Il y en a sûrement un près de chez vous.

Et en plus, on peut apprendre dans le plaisir !

Il n’y a pas besoin d’être malheureux pour écrire ou d’avoir connu une grande tragédie personnelle. Le poète maudit est un boulet de plus à remiser dans le placard des mythes perdus. Il y a des ateliers qui vous concoctent des consignes d’écriture absolument jubilatoires. C’est le cas des exercices créatifs de Pascal Perrat, proposés sur son blog tous les 15 jours.

nadia_photoPour les chanceux qui résident à proximité de Bordeaux, il y a les ateliers Nadia Bourgeois. Une bulle hors du temps pour développer son imaginaire et surtout apprendre à écrire dans le plaisir.

Exemple d’exercice créatif que je m’inflige pour stimuler ma créativité et mon plaisir d’écrire :  Quelle sera la situation météoristique du mois de juin ?

Prévisions météoristiques :

Pluies au Nord, qui l’eut crue ?

A compter du 10 juin, risque de précipitations d’hommes en short, hurlant et brandissant drapeaux et bières. La situation devrait s’apaiser avec la dépression prévue pour le 10 juillet.

L’éphéméride du mois :
En Juin, plonge le marsouin.

La prédiction du grand mage blanc DacOdac :
« Le 21, Sol se tisse pendant que ciel s’éclaire ».
Serait-ce le grand retour de Noir Désir ?

Haïku juinesque :
Juin foins coupés embaumants
Trêve des croque morts
Plus de dragées moins d’œillets

Vous avez vu, c’est du grand n’importe quoi… !!!

Mais je me suis bien amusée et ensuite, j’ai fait une séance d’écriture super productive. Sur un sujet assez grave en plus. Ce qui m’amène à vous dire pour conclure :

« Joyeux mois de juin ! »

Nuages4

Plaisir d’écrire

Peut-on apprendre à écrire ?

Aux Etats-Unis, les cours de creative writing (création littéraire) existent  depuis longtemps. Flannery O’Connor, Raymond Carver, John Irving ou encore Philip Roth ont suivi ceux de la très célèbre université d’Iowa.

En France, seules de rares universités proposent des programmes de création littéraire. Au pays de Voltaire et des Lumières, le mythe du génie créateur est soigneusement entretenu. Peu d’écrivains « avouent » avoir suivi des cours d’écriture.

J’ai eu la chance de participer à de nombreux ateliers. Sur le style, la dramaturgie, la description… et bien d’autres.

Aujourd’hui encore, j’appartiens à un collectif d’auteurs. L’écriture est une activité très solitaire. Ensemble, nous écrivons, nous rions, nous parlons de nos textes, nous rions…

Pas de théorie ou de diktats. Des passionnés avec un grand monsieur pour nous accompagner, Pascal Perrat. Et un seul mot d’ordre : plaisir et partage (je sais, ça fait deux mais quand on aime, on ne compte pas).

Dans notre groupe : Agnès la spécialiste des polars mortels (Eclats de rage), Laurence notre girly poète (Ne rien oublier), Nadia fille spirituel de Ionesco et de Foresti (Bouge ton cube, actuellement au théâtre Victoire à Bordeaux), Anne-Marie envoyée spéciale dans la Révolution russe et Christophe, trublion des fourmilières.

Si votre stylo vous démange, essayez les exercices d’écriture créative que propose Pascal tous les 15 jours. Mais attention ! Votre génie créateur pourrait bien s’inviter à la fête.

20151216portraitecrivainlivreV2

Un événement à fêter avec vous : « Bouge ton cube » au Théâtre Victoire à Bordeaux !

Si vous êtes du côté de Bordeaux, ne manquez pas cette occasion de vous décrocher les zygomatiques 🙂

nadia bourgeois

Une pièce de Xavier Viton et Nicolas Delas, d’après l’oeuvre de Nadia Bourgeois

Je n’ai pas été très active sur le blog dernièrement pour la simple et bonne raison que j’ai beaucoup de projets qui m’ont tenue( à regret mais pour d’excellents motifs) éloignée de la blogosphère.

J’ai l’immense chance d’avoir obtenu la confiance de Xavier Viton, directeur de trois théâtres à Bordeaux :
Le café théâtre des Beaux arts, Le Victoire et le Trianon.

Il a formidablement adapté, mis en scène et fait jouer la pièce sous le titre énoncé en début de billet, dès le 16 janvier 2015. Les représentations de cette comédie déjantée et surréaliste s’étaleront sur tout le mois de février et mars, pour mon plus grand bonheur.

Le tout est remarquablement servi par Nicolas Delas, scénographe et costumier extraordinaire et des comédiens tous plus talentueux les uns que les autres ! Frédérique Demours, Carole…

View original post 95 mots de plus

Conseils d’écrivain

nadia bourgeois

Les secrets d’écrivain de Joyce Carol Oates

auteur Joyce Carol Oates

Poétesse et romancière américaine, Joyce Carol Oates enseigne la création littéraire à l’université de Princeton. Auteure de plus de soixante-dix titres, elle a figuré deux fois parmi les finalistes du prix Nobel de littérature.
Comment définissez-vous le travail d’écriture ?
L’inspiration, l’énergie et même le génie sont rarement suffisants pour « faire de l’art ». Ecrire est un métier qui s’apprend. Ensuite, le laps de temps entre l’émergence de l’idée et la fin du manuscrit est incalculable. Cela peut prendre des années. Il y a tellement d’éléments à prendre en compte pour écrire un roman. On peut comparer ce processus à des affluents dans une rivière. Vous voyez cette rivière, elle paraît unie. Pourtant, elle est traversée par d’innombrables affluents.
Que faire si écrire devient douloureux ?
Si écrire devient douloureux, terriblement difficile et que le désespoir guette, alors…

View original post 113 mots de plus

L’ EMPREINTE DE L’ ETRE

Merci Nadia pour partager les traces de tes rêves sur la toile
Un poète doit laisser des traces de son passage, non des preuves. Seules les traces font rêver. » René Char

nadia bourgeois

Nous sommes voués à la fulgurance et l’évanescence. Pour autant, est-ce que la finitude est notre devenir ? Depuis des temps immémoriaux, nous nous évertuons à défier le néant ;cette absence de nous dans l’inconnu de l’après.
Empreinter le monde et laisser le parfum de notre âme au passage, en pointillé en continu, ad lib…
Qu’elle soit mise en mots ou ineffable, l’empreinte dit tout de nous.
Elle est trace, elle est continuité ; la possibilité d’être ici et ailleurs. Elle est la vie offerte à un autre être, un pas dans le sable, une idée fossilisée sur le parchemin de notre histoire.
Elle s’habille de rires, de gestes, de rites, de quotidien. Elle s’emplit de l’autre.
Une esquisse sur un carnet, une photo jaunie. Une arabesque, une tirade, une odeur d’enfance.
Une trace invisible de l’air brassé dans l’espace et gravée dans le cœur de celui qui reçoit ce…

View original post 145 mots de plus