Planète 2018

 

2018 commence par un janvier tout en tempête qui décoiffe les toits et les cerveaux ramollis par des litres de champagne !

J’espère que vous avez passé d’excellentes fêtes et je vous souhaite le meilleur pour 2018 : 12 mois de découvertes, 52 semaines créatives, 365 jours jubilatoires, et surtout je vous souhaite de savourer chaque minute, chaque seconde…

Janvier, traditionnellement c’est le mois des vœux, des vœux pour les autres mais aussi des « veux » pour soi. Ces fameuses bonnes résolutions qui ne survivent pas au-delà de février, voire du jour 2 pour certains.

Alors cette année, j’ai décidé d’économiser du temps et d’éviter les bonnes résolutions. À la place, j’ai fait du tri, une opération magique de rangement parmi les milliers d’idées séduisantes qui ne mènent que dans l’infini des projets non finis.

J’ai donc fait de janvier, premier du non, le flambeau d’une année de résistance, centrée sur l’essentiel, sur un projet unique. Cette année je vais essayer de faire se rencontrer mon métier et ma passion pour l’écriture.

Dans la vraie vie, je suis conceptrice de formations pour adultes, passionnées par toutes les pédagogies du détour, les ludo-pédagogies… bref, toutes les façons d’apprendre autrement. J’ai longtemps œuvré pour les personnes en situation d’illettrisme. Et ces dernières années, lors de dédicaces ou de rencontres, j’ai rencontré beaucoup de lecteurs qui ont très envie d’écrire mais qui se sentent aussi très seuls, sans ateliers d’écriture à proximité.

Donc cette année, j’ai décidé de plancher sur la conception d’ateliers d’écriture à distance, reposant sur ces pédagogies du détour que j’adore car elles embarquent au-delà des attentes, et personnalisables en fonction des situations de chacun.

Voilà ce que j’avais envie de partager avec vous en ce début d’année. C’est un peu plus qu’un projet,  je ne sais pas comment le nommer, ce qui est un comble pour quelqu’un qui se prétend auteur.

Avez-vous déjà ressenti ce genre d’évidence, comme une intuition profonde que vos planètes s’alignaient ?

 

 

 

Publicités