Changement de cap

2 mois déjà que je n’ai posté aucun billet, que je vous lis dès que je peux, mais peu…

Que s’est-il passé ? Un tourbillon, une tornade, un raz-de-marée, un tsunami… ?

Presque.

Une opportunité professionnelle, une tempête intérieure (partir à 2 heures de l’homme de ma vie, ma famille, mes amis), une décision à prendre… et me revoilà en route pour Paris.

Cette fois, c’est une mission de deux ans qui m’attend pendant lesquels je vais reprendre ma casquette d’ingénieure en formation pour adultes.

La vie n’est pas un long fleuve tranquille et celle des auteurs non plus ! À force de se prendre pour Dieu, grand manipulateur de ses personnages… C’est un juste retour des choses, non ?

Le temps de poser mes valises et je vous retrouve à la rentrée.

Très bonne vacances à tous 🙂

Publicités

Vacance de mots

Après la parution de Sans traces apparentes cet été, j’ai ressenti une étrange solitude. J’avais pourtant des projets bien engagés, un recueil, un deuxième roman…. Mais rien, pas un mot ne sortait. J’étais plantée devant mon clavier, le poignet mollasson et la tête vide.

À mon corps défendant, me voilà donc subissant une vacance de mots. Rien n’y faisait, aucun de mes rituels habituels n’arrivait à enclencher le processus d’écriture. Absence totale de créativité. La panne !

Impuissante, j’ai décidé de prendre la situation au mot et de m’éloigner de mon clavier quelques jours.

Me voilà donc à Prague que je rêve de visiter depuis longtemps. Au programme : le pont Charles et le Château, en passant par la cathédrale Saint-Guy. Une balade hors du temps.

Prague_chateau

Prague23

J’avais pioché dans les guides une liste de lieux incontournables à visiter : la maison Kafka arrivait en premier. Ah ! marcher là où ses pas l’ont mené. Ensuite, la bibliothèque du Klementinum, le musée d’art moderne, celui des arts déco, de Mucha, de Dvorak…Un timing serré pour tout voir mais ça valait le coup.

Et soudain, en descendant du Château, la métamorphose ! La magie de Prague m’a happée. Plus aucune envie de courir m’enfermer dans les musées.

Place de la Vieille Ville, je suis partie en bohème, fascinée par les façades sculptées et les mosaïques colorées, déambulant de troubadours en musiciens virtuoses.

Au milieu de la foule nonchalante et des croix marquant les martyres défenestrés, je me suis assise à même le trottoir pour manger une saucisse et boire une bière.

Je suis bien ici.
À saisir l’instant,
Savourer l’émotion
sans penser, sans mise en mots.

20150820Prague_Rue_Artistes