Tongs & Stylos

1er jeu – Souvenirs de héros

Avant de vous proposer votre jeu d’écriture, j’avais envie de vous poser quelques questions, à vous, au lecteur que vous êtes :
Est-ce que vous lisez les mêmes livres pendant vos vacances que pendant l’année ?
Qu’attendez-vous de vos lectures d’été : évasion, émotion, distraction…
Êtes-vous plutôt du genre à glisser le plus de livres possibles dans votre valise ou bien les achetez-vous sur place, vous laissant surprendre par les découvertes locales ?
Êtes-vous devenu un adepte de la liseuse ou un résigné parce que pour l’étranger, c’est quand même plus pratique…

BREF ! Quel(s) livre(s) allez-vous lire cet été ?

Pour ce premier jeu d’écriture, je vous propose tout d’abord de lister tous les livres qui vous ont marqués, quelle que soit la saison où vous les avez lus.

Notez ensuite en face du titre l’émotion principale que l’histoire a suscitée en vous : tristesse, joie, dégoût, colère, jalousie, envie de voler…

Puis choisissez l’un de ces livres (et un seul) et listez tous les personnages dont vous vous souvenez.

Piochez maintenant dans votre catalogue d’expériences personnelles et listez plusieurs anecdotes où vous avez ressenti la même émotion que celle que vous rattachez à ce livre.

Voici la proposition : Ecrivez un texte où vous racontez l’une de ces anecdotes, mais en vous plaçant du point de vue du témoin-narrateur car ce sont les personnages du livre que vous avez choisis qui vivent la scène et tout se passe différemment…

Bonne écriture,
A vendredi prochain,
Elisa

2ème jeu d’écriture – Décor de vacances

Ce deuxième jeu d’écriture a été inventé par Martine Paulais, autrice, nouvelliste et animatrice d’ateliers d’écriture. Ce que j’ai particulièrement aimé dans cette proposition, c’est qu’elle permet de jouer avec les descriptions tout en les reliant aux éléments vivants d’un récit.

Car l’univers d’une histoire n’est pas un simple décor. C’est ce qui ancre le récit dans un monde où le lecteur peut se projeter, matériel mais contenant aussi des règles implicites, des codes sociétaux et des hiérarchies qui régissent les interactions entre les personnages.

Vous voici en vacances (ou bientôt). Observez le paysage qui vous entoure ou faites appel à vos souvenirs et dressez l’inventaire de tous les éléments visibles, vivants ou non, qui le composent.

Puis, écrivez un texte qui met en scène l’un des éléments du paysage en démarrant par « Si j’étais (l’élément choisi, par exemple un papillon, un caillou…), je dirais que… » et en terminant par « Et voilà ce que je dirais. ».

Bonne écriture,
à vendredi prochain,
Elisa

3ème jeu d’écriture – Un rêve fou

Les vacances sont le moment rêvé pour… rêver ! Libérés des contraintes du quotidien, tout devient possible. Dans un environnement différent, entouré de personnes étrangères, nous pouvons être un autre ou une autre. Sans lendemain ni conséquences.

Voici la proposition. Dressez la liste des choses que personne ne sait de vous, qu’elles soient réelles ou inventées. Prenez le temps, rêvez, rien n’est impossible.

Puis, choisissez dans cette liste, cette chose que personne ne connaît sur vous et racontez ce rêve fou comme si c’était une expérience que vous aviez vécue pendant ces vacances. Maintenant, pas demain !

Bonne écriture,
à vendredi prochain,
Elisa

4ème jeu d’écriture – ON dit que…

ON est un con, dit le dicton.
ON est aussi l’expression de la sagesse populaire et se voudrait le chantre des vérités universelles.
La proposition d’aujourd’hui m’a été inspirée par un atelier animé par Cédric Gras, à l’école Les Mots et il repose sur des citations d’Alphonse Carr :

« ON ne voyage pas pour voyager mais pour avoir voyagé…
ON voyage moins par enthousiasme pour les choses
qu’ON va voir que par ennui pour les choses qu’ON quitte. »

J’ignore où vous passez vos vacances cette année. En France, à l’étranger… ?
Peu importe, ailleurs est toujours un voyage.

À l’instar d’Alphonse Carr, inventez une liste de maxime commençant par ON concernant les voyages ou tout autre sujet qui vous inspire.

Puis, choisissez-en une et développez-la dans un texte à dimension philosophique, sans personnage, écrit avec « ON ».

Au milieu du texte, intégrez une phrase qui commence par « JE » et qui exprime votre point de vue personnel, puis reprenez votre récit avec le « ON ».

Bonne écriture,
à vendredi prochain,
Elisa

5ème jeu d’écriture – De feu

L’été a été plus que chaud, il a été brûlant, incandescent, ravageur…
Je vis à Bordeaux et les pins des Landes m’ont souvent inspirée.
Impossible pour moi de rester insensible à la souffrance des troncs calcinés, des animaux affamés, des hommes en lutte contre ces incendies géants, des familles qui ont perdu leur maison…

Pour ce 5ème jeu d’écriture, je vous propose de lister toutes les expressions qui contiennent le mot feu (feu follet, tout feu tout flammes…).
Ensuite, choisissez l’une de ces expressions et prenez-la comme point de départ de votre histoire.

Bonne écriture,
A vendredi prochain,
Elisa

6ème jeu d’écriture – Se jeter dans le vide

Pour Jean Rouaud, « Écrire, c’est se jeter dans le vide en se disant je serai rattrapé ; par le sens évidemment. »
Le monde n’est pas plat, il y a des creux et des bosses, des gouffres et des sommets enneigés…
Parfois, les sommets nous appellent, d’autres fois, ils nous oppressent…

Pour ce 6ème jeu d’écriture, je vous propose de lâcher prise et de sauter dans le vide.
Réfléchissez un moment aux sommets que vous connaissez, naturels ou artificiels, construits par l’homme. Placez-vous sur l’un de ces sommets et écrivez le vide que vous allez devoir affronter.

À titre d’inspiration, voici la façon dont Stephen King décrit le vide dans sa nouvelle « La Corniche ».
« Quand je m’y sentis prêt, je regardai vers le bas. Le building plongeait jusqu’à la rue comme une abrupte falaise de craie. Les voitures ressemblaient à ces modèles réduits vendus dans des boîtes d’allumettes qu’on trouve dans les bazars. En tombant d’une telle hauteur, on a le temps de prendre conscience de sa chute, de sentir le vent gonfler ses vêtements, de voir la terre monter, de plus en plus vite. On a le temps de pousser un long, long hurlement. Et le corps, en s’écrasant sur le trottoir, fait un bruit de pastèque trop mûre. »

Bonne écriture,
A vendredi prochain pour le dernier jeu des vacances,
Elisa

7ème et dernier jeu d’écriture – Histoire secrète

Le secret d’une histoire réussie ? La réponse est dans la question.

Chaque personnage dispose d’un jardin intime et cache des squelettes dans les tiroirs de sa mémoire… Une bonne intrigue repose alors sur ce qui veut être caché à tout prix, sources de quiproquos nichés dans le non-dit ou de comportements trompeurs. Certains seraient prêts à tout pour que leur secret ne soit pas révélé…

Pour ce 7ème et dernier jeu d’écriture, je vous propose de lister tous les types de secrets que vous pouvez imaginer.
Ensuite, choisissez l’un d’entre deux et écrivez un texte où vous mettrez en scène votre personnage au moment où il craint de voir son secret découvert

J’espère que vous avez passé un bel été,
à profiter et à écrire,
la tête sous le vent et les pieds nus.

A bientôt,
Elisa